top of page

INVICT'ACTUS

Dernières actualités juridiques en droit du travail / droit de la protection sociale, décisions obtenues par les avocats INVICTAE.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être tenu informé des dernières publications

  • Gris Facebook Icône
  • linkedin_grey
  • Gris Twitter Icon

Notification du licenciement : L'employeur n'est pas responsable des errements postaux

Dernière mise à jour : 5 mai 2019



Par un arrêt du 30 novembre 2017 (Soc., 30 novembre 2017, n° 16-22569) la Chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser qu'un employeur, qui notifie son licenciement à l'un de ses salariés, n'a pas à être tenu responsable si ce dernier n'est pas touché par le courrier, alors qu'il l'a notifié à la bonne adresse.


En l'espèce

l'employeur a notifié, par lettre recommandée avec demande d'avis de réception le licenciement de l'un de ses salariés et cette lettre lui a été retournée par la Poste avec la mention « défaut d'accès ou d'adressage ».


Le demandeur a utilisé ce défaut de remise afin de soutenir que le licenciement ne lui avait pas été notifié dans le délai d'un mois prévu à l'article L. 1332-2 du Code du travail, il a été accueilli sur ce fondement par la Cour d'appel de PARIS.


L'employeur a donc formé un pourvoi en cassation et l'arrêt de la Cour d'appel de PARIS a été cassé au motif que les conseillers ne pouvaient statuer ainsi alors qu'il résultait de leurs propres constatations que l'employeur avait notifié le licenciement à l'adresse exacte du domicile du salarié dans le délai d'un mois.


En définitive, lorsque l'employeur expédie à l'adresse exacte de son salarié et effectue les vérifications qui lui incombent, il ne peut être tenu responsable des errements postaux sur lesquels il n'a nullement la main.




60 vues

Posts similaires

Voir tout
bottom of page